Les journaux intimes de l’édition 2021

25 avril 2021
[ Agenda ]
Festival Du Journal Intime : Image Article Agenda

Les extraits lus par nos invités sont tirés des Journaux intimes 

Festival Du Journal Intime : Victor Segalen

« Briques et tuiles », journal de Victor Segalen

Écrit pendant son expédition en Chine centrale de 1909 à 1910 avec son compagnon Gilbert de Voisins, ce journal mêle récits et visions hallucinées. Les quelques fragments de journal nous initient à son aventure riche en découvertes. 

Introduction par Sophie Guermès, Directrice du Centre d’étude des correspondances et journaux intimes de l’Université de Bretagne occidentale

Lu par Denis Podalydes, sociétaire de la Comédie française – Samedi 26 juin à 15h30

Festival Du Journal Intime : Goliarda Sapienza

« Carnets » de Goliarda Sapienza (ed. Le Tripode )

« En 1976, Goliarda Sapienza en a fini avec l’écriture de « L’Art de la joie » : dix ans de sa vie viennent de trouver leur conclusion. Commence alors pour elle, tout d’abord de façon anodine, le projet d’écrire au fil des jours ses pensées dans un carnet. Ce qu’elle ignore, c’est qu’elle poursuivra ce projet durant vingt ans, jusqu’à sa mort en 1996, remplissant assis près de 8000 pages réparties sur plus d’une quarantaine de carnets.

Et c’est un chemin de vie, fuyant l’arrogance des certitudes, qu’elle choisit d’emprunter et que l’on voit se dessiner au gré des pages, un milieu de toutes sensiblerie. Exceptionnel par son ampleur et sa vérité, ce journal est désormais considéré comme l’autre grand chef-d’œuvre de Goliarda Sapienza. »

Lu par Sandrine Bonnaire, accompagnée d’Erik Truffaz au piano et à la trompette – Samedi 26 juin à 17h30

Festival Du Journal Intime : 1re De Couv Avec Bandeau Prix Clarens

« Un printemps à Hongo » d’Ishikawa Tahuboku (ed. Arfuyen)

En partenariat avec les Moments Littéraires et la Fondation Clarens. Lauréat en  2020 du Prix Clarens du Journal Intime.

Ihikawa Takuboku (1886-1912) était un poète japonais, emporté à l’âge de 26 ans par une tuberculose. Il a tenu son journal pendant dix ans. « Le 7avril 2019, Takuboku décide de ne plus écrire son journal en caractères japonais, mais en caractères latins. Dépouillée de son costume traditionnel, la langue lui apparaît soudain libre, neuve. Pendant près de deux mois, il va s’y mettre à nu avec une lucidité et une franchise ravageuses.

Introduction par Gérard Pfister, directeur des Editions Arfuyen
Lu par Alex Vizorek – Dimanche 27 juin à 15h30

Festival Du Journal Intime : Journal Amoureux

« Journal Amoureux » de Benoite Groult et Paul Guimard (ed. Stock)

« J’ai toujours  su que ce Journal amoureux existait ; même si je ne l’avais jamais lu ni même vu… Maman m’en avait parlé. C’est Paul qui est à l’origine de ce projet, chacun prenant la parole à tour de rôle pour raconter leur quotidien. Il a eu cette idée épatante pour l’aider à prendre confiance en elle, et en son talent, auquel elle ne croyait guerre à l’époque. C’était d’autant plus généreux de sa part qu’il n’a jamais tenu un journal de sa vie et que c’était même contraire à sa nature. Maman lui rendait souvent hommage pour cette initiative – et elle n’avait l’hommage facile pour personne ! »  – Blandine De Caunes

Introduction par Blandine de Caunes
Lu par Ariane Ascaride et Jean-Pierre Darroussin – Dimanche 27 juin à 17h30